Bonnets

Les Bonnets de la démocratie locale L’AELO remet chaque année au Sénat ses prix de la démocratie locale. « Bonnet de Marianne » pour les bons élèves de la démocratie locale ou « Bonnet d’âne » pour les cancres des majorités locales qui, de droite, du centre ou de gauche, traitent leur opposition en bafouant les droits élémentaires. Comme le revendique Clotilde Ripoull : « Les élus d’opposition sont là pour proposer, pour dialoguer et quand il le faut pour s’opposer à des décisions qu’ils jugent aller contre l’intérêt général. Mais, ce contre-pouvoir, pourtant légitime, dérange certains maires. Ces derniers n’hésitent pas à priver les élus d’opposition de leur droit d’expression. Résultat : l’AELO mesure un accroissement inquiétant des plaintes dans les tribunaux administratifs».

L’AELO remet ses bonnets d'âne à des élus, d’ailleurs condamnés par la justice administrative, parce qu’ils ont notamment censuré sans raison valable des tribunes de leur opposition dans les journaux municipaux, limité arbitrairement le temps de parole en conseil municipal, refusé de transmettre des documents essentiels pour l’information de l’opposition… Le climat de la démocratie locale se dégraderait-il ? La Présidente le confirme « Dans son baromètre de la confiance politique annuel (janvier 2011), le Centre d’Etudes sur la Vie politique Française a mis en évidence une chute de 13 points de la confiance que les français accordent à leur maire. En un an, celle-ci est passée de 65% à 52% ! Sur le terrain, nous ressentons cette crispation des maires qui se figent sur leurs pouvoirs et n’acceptent plus la contradiction ou même les propositions de leur opposition.» Les « Bonnets de Marianne », le changement par l’exemple Des élus ont réussi à installer des relations positives avec leur opposition.

Qu’il s’agisse d’intégrer des membres de l’opposition dans des commissions, de leur accorder un poste au sein de la communauté de communes devançant l’application de la loi, de prendre en compte leurs propositions quand elles sont constructives… Les relations conflictuelles entre majorité et opposition n’ont pas à être la règle mais bien l’exception.