📌  Pouvez-vous nous présenter votre commune en quelques mots ?

Corbas est situé à 10 km au sud-est de Lyon, à la limite de la métropole lyonnaise. Compte tenu de sa proximité avec cette grande ville, elle a connu une forte urbanisation, passant d’un petit village en 1960 à une ville de plus de 11 000 habitants qui compte dans l’environnement des villes dites de l’Est-Lyonnais. Elle jouit d’un fort dynamisme associatif, d’une large zone industrielle et de la proximité d’un espace environnemental conservé dit “des grandes terres”.

 

📌  Qu’est-ce qui vous a amené(e) à vous présenter pour siéger au Conseil municipal ?

Pendant de nombreuses années, j’ai côtoyé la municipalité en tant que membre actif d’associations diverses et notamment celles de parents d’élèves.

Côté associations, en lien avec la mairie, plusieurs sujets n’avançaient pas, par pure conviction politique. J’ai en mémoire notamment le sujet de la non-application de la loi de 2008 sur le service minimum d’accueil les jours de grève pour les parents d’élèves… loi que notre mairie décide délibérément de ne pas appliquer malgré les nombreuses propositions faites…

Le constat était donc clair, malheureusement il y a un fossé entre la volonté affichée du bien commun et la réalité d’une mairie qui se veut autoritaire, communique peu ou pas sur ses actions, de façon plus ou moins objective et surtout effectue ses choix quitte à ne pas respecter la loi.

J’ai donc eu envie, en tant qu’habitant, de me donner tous les moyens pour faire avancer les sujets qui me tenaient à cœur et travailler sur les thématiques que la majorité actuelle tente de cacher sous le tapis.

Mon engagement est aussi pour moi l’occasion de découvrir de nombreux sujets. Intellectuellement et humainement c’est très enrichissant. Toutes ces rencontres que je fais chaque jour avec les habitants donnent du sens à mon action, entre solidarité, aide et espoir d’un futur différent pour Corbas.

 

📌  Comment le Maire et sa majorité respectent vos droits d’élus minoritaires ? Le cas échéant, qu’avez-vous entrepris pour un meilleur respect de ces droits ?

Il y a une volonté certaine de nous écarter des sujets, de ne pas nous informer, voire même de désinformer les habitants sur nos actions et de caricaturer nos propositions.

Depuis le début du mandat, nous avons dû faire face à une autorité inappropriée du maire : il a refusé de nous donner la parole en conseil municipal, nous avons dû nous battre pour lire nos amendements et nos questions orales… Dès que nos propos contrarient la majorité, on nous interrompt, conspue… On est loin de la démocratie telle que je me l’imaginais avec de l’écoute et de la bienveillance même si nos idées diffèrent !

Malgré cela, nous gardons le Cap, notre priorité est et reste Corbas!

Les habitants de notre commune ont besoin d’être informés pour pouvoir se faire leur propre idée et nous nous y attachons. Nous communiquons beaucoup sur les réseaux sociaux et dans la presse. C’est notre vision de la démocratie locale.

 

📌  Avez-vous suivi des formations d’élus de l’AELO ? Que vous ont-elles apporté ?

Très vite, nous avons pris contact avec l’AELO. L’association a été clé et nous a permis de très vite comprendre les rouages de la politique locale.

Grâce aux diverses formations de l’AELO, nous avons eu accès à une large palette d’outils importants. Les formations comme “Décrypter le conseil municipal” ou “Connaître ses droits d’élu d’opposition” ont été de vraies rampes de lancement pour débuter notre mandat du mieux possible.

De plus, la solidarité des membres de l’AELO et ce, quelles que soient les convictions politiques, est incroyable.

On sent une réelle envie de tous les adhérents de faire respecter la démocratie et les lois qui existent. Les conseils et échanges entre les membres sont d’une grande richesse.

Cette solidarité est très réconfortante dans ce long marathon qui nous mènera jusqu’aux prochaines élections !