• Pouvez-vous nous présenter votre commune en quelques mots ?

Située sur un bord du plateau de la Brie, en Seine-et-Marne, Montévrain compte environ 12 000 habitants. C’était une ville à la campagne maintenant divisée en 3 parties :

  • Le vieux bourg qui s’étend jusqu’au bord de La Marne avec la plus vieille église de Seine-et-Marne (les parties les plus anciennesdatent du 11e siècle)
  • Un écoquartier en pleine croissance en proximité immédiate de Disneyland Paris, plus de 3 000 logements qui n’existaient pas il y 20 ans, entièrement urbanisé par l’aménageur public EPAMARNE
  • En trait d’union un quartier aménagé par une Société d’Economie Mixte Municipale (1 500 logements environ pavillons et grand collectif)

 

  • Qu’est-ce qui vous a amené à vous présenter pour siéger au Conseil municipal ?

 Je suis arrivé sur le secteur il y a 20 ans. Je me suis tout d’abord renseigné pour acheter un appartement sur Montévrain dans le 1er collectif de ce qui allait devenir l’Ecoquartier, quand le promoteur m’a expliqué la suite des constructions, j’ai préféré m’installer sur une commune voisine. Pour des raisons familiales, je suis revenu à Montévrain il y a maintenant 4 ans et j’habite le bourg mais suis toujours en désaccord avec l’urbanisation de cette ville. J’ai toujours été actif auprès des collectifs d’habitants pour lutter contre des projets qui me paraissaient inutiles, nuisant ou surdimensionnés mais aussi pour réunir sur des projets ayant un sens pour la collectivité. Un ami m’a présenté un candidat qui montait sa liste. Nous avons tout de suite sympathisé, le projet n’était pas politique mais humain avant tout, il fallait inverser la donne sur Montévrain. La liste s’est montée en un mois avec comme idées principales :

  • Arrêter la bétonisation galopante surdimensionnée non cohérente,
  • Redonner une âme et une démocratie à l’écoute des habitants.

Les projets étaient variés comme :

  • La création de pistes cyclables quasi inexistantes dans l’écoquartier comme sur le reste de la commune
  • La consolidation de la protection des zones naturelles et agricoles…

Nous avons recueilli 35% des voix avec plus de 65% d’abstention, 6 mois plus tard, la tête de liste démissionnait et je me suis retrouvé à reprendre le flambeau avec en plus un siège à la communauté d’agglomération. C’est mon premier mandat, je n’avais jamais été élu avant.

 

  • Comment le Maire et sa majorité respectent vos droits d’élus minoritaires ? Le cas échéant, qu’avez-vous entrepris pour un meilleur respect de ces droits ? 

Étant novice dans ce milieu, je me suis informé puis formé à vos côtés, vos formations étaient d’une grande aide pour moi j’ai appris mes droits, à me défendre, à réagir dans différentes situations, à communiquer.

Pour les conseils municipaux nous recevons les documents en temps et en heure et nous siégeons également aux différentes commissions. Nous avons fait appliquer nos droits et réussi à faire élargir notre communication sur les différents supports de la commune. La tribune dans le magazine existait déjà avec 2 parutions par an, nous en avons créé une nouvelle trimestrielle sur la page Facebook dans la limite des 1500 caractères avec une photo. Nous avons également, grâce à notre persévérance, réussi à faire retransmettre le conseil municipal en vidéo sur les réseaux sociaux par la municipalité. Nous rencontrons encore des difficultés pour la mise en place d’un échange/débat constructif sur les questions diverses de fin de conseil municipal. Ces questions viennent très souvent d’habitants de la commune et sont malheureusement traitées avec ironie par les élus de la majorité. Nous sommes maltraités et ridiculisés en conseil municipal même si nos questions sont pertinentes, le travail est difficile, nous devons être au fait de tous les dossiers quel qu’en soit le domaine. Dans l’opposition, nous nous devons de connaître tous les sujets et nous y intéresser certainement beaucoup plus que la majorité des élus présents au Conseil Municipal, la plupart sont là uniquement pour valider le choix de leur maire. Nous sommes une petite équipe avec diverses connaissances mais il est difficile de tout suivre et de tout étudier. Heureusement, de nombreux habitants nous suivent, nous informent et nous accompagnent.

  • Quels services de l’AELO avez-vous utilisés ? Que vous ont-ils apportés ?

 J’ai participé à 3 formations AELO l’an dernier :

–       Bien connaître ses droits d’élu d’opposition et les faire respecter

–       Facebook – Apprendre à bien communiquer – Créer sa page – Stratégie et ligne éditoriale

–       Prise de parole en public

Grâce à ces formations, j’ai appris à maitriser certains domaines ainsi que les codes et éléments de langage des élus. Ces formations m’ont beaucoup aidé pour faire valoir mes droits, me positionner en conseil municipal pour résister aux attaques gratuites des élus de la majorité Certains se sont rendu compte du changement et maintenant nous échangeons plus sereinement lors de rencontres fortuites en dehors du conseil municipal. Les articles et expériences partagés sur le site d’AELO sont également d’une grande aide. Lire les avancées ou les déboires de certains élus avec les échanges et la solidarité des adhérents nous aident beaucoup. Cette année je me suis inscrit à la formation :

–       Savoir rédiger ses propres éléments de langage.

 

Pour nous suivre :

Facebook Demain pour une Autre Montévrain

Facebook Olivier Pajot Conseiller Municipal Montévrain

Twitter : @dpaum2020

Site internet Demain pour un autre Montévrain

Articles similaires