1) Pouvez-vous nous présenter votre commune en quelques mots ?

Amiens (80 – Somme) est une ville de près de 140 000 habitants, située entre Paris et Lille, dans la région Hauts-de-France.

Le conseil municipal est constitué de 56 élus. L’exécutif est organisé autour d’une maire UDI et de ses 16 adjoints (UDI-LR-MODEM). L’opposition est constituée de 15 élus, répartis en deux groupes. Le nôtre sans étiquette, et un autre d’union des gauches.

Amiens est une très belle ville que je vous invite à venir découvrir. J’en suis passionnément amoureux. Tête de liste, j’avais naturellement choisi comme nom de liste « Amiens au Coeur » lors de la campagne municipale de 2020.

2) Qu’est-ce qui vous a amené à vous présenter pour siéger au Conseil municipal ?

J’ai été adjoint au maire dans le mandat précédent 2014-2020 et j’y ai pris beaucoup de plaisir. J’ai décidé de me présenter parce qu’un maire a une vision bien plus globale qu’un adjoint sur sa ville et son avenir. J’avais ce manque et cette frustration de ne pas pouvoir aller sur tous les sujets. Je voulais aussi apporter un renouveau de la classe politique dans une grande ville, ex-capitale régionale, en proposant aux Amiénois un maire sans étiquette, issu de la société civile. Même si ne nous sommes pas passés loin d’y arriver, force est de constater que dans les grandes villes de France, l’ancrage à un parti a encore la peau dure et permet d’avoir une base militante qui aide à gagner. Nous tenterons de nouveau notre chance en 2026, avec une base de sympathisants que nous développons chaque jour. Avoir été dans l’exécutif puis dans l’opposition sera un véritable avantage je crois. Cela permet de bien maitriser tous les dossiers, avec une double focale. Si je devenais maire, j’aurais alors une vision concrète de ce qu’est un élu de l’opposition et du travail de dossiers qu’il effectue. Cela permettra de lui accorder une place de partenaire, de « conseiller » pour élargir le champ de vision de la majorité, plutôt que d’opposant. C’est ainsi que je conçois les choses.

3) Comment le Maire et sa majorité respectent vos droits d’élus minoritaires ? Le cas échéant, qu’avez-vous entrepris pour un meilleur respect de ces droits ? 

Globalement nos droits sont respectés. Nous sommes présents à toutes les commissions et les discussions y sont respectueuses. Le sujet de divergence du moment est relatif au refus de prime abord de l’exécutif de laisser aux groupes d’opposition des espaces de parole sur les groupes Facebook et Twitter d’Amiens Métropole. Nous allons, sur les conseils d’AELO, saisir le Tribunal Administratif.

4) Quels services de l’AELO avez-vous utilisés ? Que vous ont-ils apporté ?

Nous avons suivi la formation sur les droits des élus d’opposition. Elle fut très enrichissante et avons décidé, dans la foulée, d’adhérer à l’association. Cela nous permet notamment d’être membres du groupe Facebook « Communauté des élus AELO » et de puiser des idées sur ce qu’il se fait dans d’autres communes.

https://amiensaucoeur.blogspot.com/

https://www.facebook.com/DeschampsR

Articles similaires